Réseau caribéen pour le developpement de systèmes horticoles agroécologiques
PDF Imprimer Envoyer

La filière mangue en Haïti : comment des milliers de microproducteurs alimentent une filière d'exportation

Intervenant :
Christian Lavigne

Auteurs :
Christian Lavigne, Gélin Doreus et Ricot Scutt

Divers :

Résumé :

Questions de recherche :

  • Comment le manguier est-il cultivé en Haïti ?
  • Quelle est la place du manguier dans les exploitations agricoles haïtiennes ?

Matériels et méthodes
Une pré-enquête a été réalisée auprès de 184 exploitants, suivie d’une enquête agro-socio-économique auprès de 36 exploitations productrices dans trois zones agro écologiques contrastées.

Résultats et discussion
Trois types d’exploitations productrices de mangue :

  • Les grands producteurs : (25% de l’échantillon), plus de 30 manguiers en production
  • Les producteurs de taille moyenne : (19.4%), de 20 à 30 manguiers. Le manguier n’est pas leur spéculation principale.
  • Les petits producteurs : (56.6%), moins de 20 manguiers. Culture accessoire, la mangue est consommée en période de soudure, et une source de calories et de vitamines.

Trois types de conduite du manguier selon la localisation géographique des exploitations :

  • Le manguier comme culture associée au bananier plantain, en zone côtière irriguée
  • Le manguier intégré dans un système agro-forestier et objet d’une conduite spécifique.
  • Le manguier intégré à un système agro-forestier ou agro-sylvo-pastoral. Il ne fait l’objet d’aucune conduite technique particulière.

Quatre circuits de commercialisation :

  • Circuit court (vente directe au niveau régional) : ce circuit est souvent assuré par la femme de l’exploitant
  • Circuit moyen (chaîne nationale) : des intermédiaires récoltent les fruits chez le producteur et les revendent aux détaillants
  • Circuit d’export non contrôlé vers la République Dominicaine par voie maritime.
  • Circuit d’export contrôlé vers le marché Nord-Américain

Conclusion et perspectives
Le manguier constitue à la fois le pilier d’un écosystème protégé et fertile, et un patrimoine transmissible aux descendants. Il est considéré comme une réserve de ressources financières et nutritionnelles en cas de problème sur les spéculations prioritaires comme les cultures annuelles ou semi-pérennes. Il est une source d’alimentation pour les humains et les animaux, et un mode d’épargne à moyen et à long terme. Mais des efforts importants restent à faire pour réduire les risques auxquels font face les exploitations de montagne face à une trop forte dépendance vis-à-vis de la mangue.


Vidéo :
Deva-0512-25

 

Haut de page