Réseau caribéen pour le developpement de systèmes horticoles agroécologiques
PDF Imprimer Envoyer

Caractérisation et diagnostic des ravageurs et des ennemis naturels pour une gestion écologique des fruitiers à Cuba

Intervenant :
Mirta Borges Soto

Auteurs :
Mirta Borges Soto, Doris Hernández Espinosa, Jorge Luis Rodriguez Tapia, Maylin Rodriguez Rubial et Hanser Fortes Ponce

Divers :

Résumé :

Les surfaces consacrées à la production fruitière ont augmenté à Cuba, en améliorant ainsi la biodiversité et en réduisant la pollution du milieu ambiant. Des évaluations ont été réalisées sur agrumes, avocat, ananas, papaye, manguier et goyavier afin de déterminer les ravageurs et les auxiliaires présents, leur comportement, et les pratiques permettant une conduite agroécologique de chacune des spéculations.

Pour les agrumes, on a observé que 75.8% des jeunes pousses étaient attaquées par Diaphorina citri Kuw, Phyllocnistis citrella Stainton (34,2%), Lepidosaphes gloverii Pack (13,6 %), Aleurotrixus floccosus Mask, Aleurocanthus woglumi Ashm (3.0-7,2 %), et Aphis spiraecola Patch (27,9%). En culture d’avocat, 67,2% des dégâts observés étaient causés par Pseudoacysta perseae Heid et 21,3% par Selenothrips rubrocinctus Giard. Pour l’ananas, 56,3% des dégâts étaient dus à Dysmicoccus brevipes Cockerell, et 6,8% à Phyllophaga spp. Pour les papayers, Empoasca papayae 19,3% et l'aleurode Trialeurodes variabilis Quaintance 3,2%.

Pour le goyavier ont été recensés Strepsicrates smithianus Wlsm, Metaleurodicus cardini Back, Nipaecoccus nipae Mask et Anastrepha suspensa Loew, cette dernière faisant des dégâts atteignant 47,0%. Chez les manguiers, Neurotmeta sponsa (Guérin - Meneville), Selenotrhips rubrocinctus Giard et Anastrepha obliqua Mcquart étaient les plus présents, la dernière atteignant jusqu’à 57.3%. Les ennemis naturels de ces espèces phytophages sont placés dans différents groupes taxonomiques de prédateurs : Coccinellidae, Chrysopidae, Syrphidae, Phytoseyidae, et autres parasitoïdes (hyménoptères).

Cette diversité a été renforcée par le semis d’une couverture de légumineuses, par l’installation de barrières de compensation agro-écologique, de plantations intercalaires, par la polyculture, par l'application de méthodes de conservation des ennemis naturels et par l'utilisation de produits biologiques pour le contrôle des ravageurs. Ces mesures sont intégrées pour élaborer une stratégie pour la gestion agroécologique des ravageurs dans les cultures fruitières.


Vidéo :
Deva-0512-13

 

Haut de page